Meilleurs voeux 2020 > Ces détails qui font Lomme...

Riche de son histoire et de son patrimoine, la Ville de Lomme regorge de trésors en tous genres situés aux 4 coins de son territoire. 

Durant le mois de décembre, sur la page Facebook « Ville de Lomme », la  campagne [1 JOUR, 1 DÉTAIL] vous permettait de découvrir des détails qui se cachaient sur chacune des photos relayées durant 31 jours. 31 détails, plus ou moins faciles à reconnaître, cachés dans chaque quartier.

Pris au détour d’une rue, lors d’un événement municipal ou associatif, ces clichés visaient à vous présenter la Ville sous un autre angle, sous toutes ses formes et vous invitait alors, en 2020, de prendre le temps de voir la Ville autrement ! 

Zoom sur quelques-uns des détails photographiés dans votre quartier. Les reconnaîtriez-vous ?

Partager sur :

Google+

Quartiers Marais & Mont-à-Camp

Dossier 1

Dans le quartier du Marais, les rues sont bordées de maisons en briques rouges, typiques de la région. En prenant la rue Victor Hugo où se situe l’Espace les Tisserands, vous vous dirigerez vers la Gare d’Eau, habitée par des péniches. En remontant vers le quartier de Mont-à-Camp, vous croiserez entre autres l’Olympia et son ancien voisin, le « café de l’entracte ». Zoom sur deux autre détails phare de ce quartier.

HDV

> Où se situe ce détail ?
Il s'agit du reflet des vitraux de l’Hôtel de Ville.

Inauguré le 17/09/1961, l’Hôtel de Ville doit sa modernité architecturale par son implantation dans un quartier neuf. Dessiné par les cabinets d’architectes Segers et Clément, cet édifice se voulait de grande envergure, afin d’assumer, au fil des années, le développement progressif de la population. Les vitraux ornant la façade Est de l’édifice, présentés sur cette photo ont été réalisés par le maître verrier Jean Laurant. A l’époque, la municipalité souhaitait donner autant de prestige à la cérémonie républicaine des mariages qu’aux célébrations religieuses. Cette volonté a alors valu à la Mairie le surnom de « Cathédrale St-Arthur ».    

        

      

 

MDC

> Où se situe ce détail ?
Il s'agit d'une mosaïque présente sur la façade de la Maison du Citoyen. Elle représente la Maison des Jeunes qui avait pour but d’offrir un milieu de vie complémentaire à la famille et à l’école, et qui incitait les jeunes à s’impliquer dans la communauté et à pratiquer des loisirs.

La Maison du Citoyen a ouvert ses portes le 26/02/2008, en lieu et place de l’ancienne « Maison des Jeunes », puis du « LCP de Mont-à- Camp ». Lieu propice au droit et à la justice, à la médiation et à la prévention, à la citoyenneté, la Maison du Citoyen permet à tous de bénéficier gratuitement de conseils dans tous les domaines de son quotidien.

       

         

         

 

Quartier Délivrance

Ancienne cité ouvrière construite autour d’une gare de triage, le quartier est dessiné par l’ingénieur Raoul Dautry dans les années 20. Il avait vocation à devenir un véritable village dans la Ville, grâce aux équipements le composant : on y trouvait par exemple une école ménagère, le kiosque de la place Dompsin, sans oublier les logements cheminot, caractéristiques de la cité-jardin. Ces pépites architecturales sont, pour la plupart, toujours en place. Focus sur un autre élément phare du quartier.

mFB

> Où se situe ce détail ? 
Il s'agit du toit de la maison Folie Beaulieu, lieu de culture accueillant des spectacles, rencontres et expositions diverses.

Structure emblématique du quartier de la Délivrance, la maison Folie Beaulieu a soufflé ses 10 bougies en 2019. Beaulieu, à l’image de son architecture et de par sa programmation culturelle pluridisciplinaire, est une vraie maison… Parce qu’on s’y sent un peu comme chez soi. Son architecture se fond dans le paysage de la Délivrance. Ses murs abritaient autrefois une salle des fêtes et de réunion. Dans les années 2000, des travaux de réhabilitation et l’agrandissement de la structure ont été pensés par le cabinet d’architectes Colas et Louis, avec le gage de corriger la vétusté de l’ancien bâtiment, tout en conservant sa structure d’origine.

 

     

       

Quartiers Bourg & Mitterie

Dossier 2

Saviez-vous que le Bourg était le quartier le plus ancien de Lomme ? Quant à la Mitterie, on y recense l’Odyssée médiathèque mais aussi le Parc Naturel Urbain. Arrêtons-nous à présent sur d’autres édifices, illustrant le patrimoine du quartier.

MDE > Où se situe ce détail ?
Il s'agit du plafond du Hall d’entrée de la Maison des Enfants.

La Maison des Enfants accueille le service Enfance Education, les Centres de Loisirs et diverses manifestations associatives. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas. Datant du XVIIIème siècle, ce château abritait un baron qui, chassé par la Révolution Française, rejoignit l’armée des princes, adversaire du nouveau régime. Sa demeure fut vendue. Après son départ, un aubergiste lillois appelé « Gihoul » procéda à son extension et au ravalement de sa façade, ce qui lui a valu de nombreuses années le surnom de « château blanc ». En 1921, Marie Marguerite Joire reprit le château et y édifia la « rotonde » ou le « pavillon d’été », à gauche du bâtiment principal. Mais l’entretien du château coûtant cher, elle décida de vendre la propriété qui devint propriété municipale en 1931. A cette époque, le Maire Eugène Dereuse, installa les premiers camps de vacances. Mais durant la Seconde Guerre, le bâtiment fut de nouveau détérioré. Arthur Notebart, alors Maire, fit restaurer la Maison des Enfants en 100 jours.

          

CRAC

> Où se situe ce détail ?
C’est une des tours des fortifications du C.R.A.C.

L’association lommoise « Et Vous Trouvez Ça Drôle !!! », plus communément appelée « Centre Régional des Arts du Cirque », a pris place en 1998 sur le site d’un ancien parc d’attractions appelé « Lillom ». Ce parc vit le jour dans les années 80 puis ferma ses grilles en 1985, faute de public. Un repreneur décida de l’ouvrir de nouveau, persuadé qu’une nouvelle stratégie le rendrait attractif. Que nenni ! Il ferma ses portes en 1989. Le terrain fut ensuite cédé au complexe cinématographique Kinépolis, ouvert en 1996 et les dizaines d’hectares restants furent consacrés à la création du Parc Naturel Urbain, ouvert en 1995. A l’époque le parc d’attractions se divisait en quatre zones : la zone préhistorique, la zone médiévale, la zone Belle Époque et le monde du futur. Le quartier médiéval, toujours intact, abrite désormais le CRAC, d’où les fortifications qui entourent l’association.


Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer